MOT DU PRÉSIDENT

Par Benoit Houle


Je me souviens!

Bientôt, ce sera la fin d'une autre année scolaire, d'une autre année pleine de défis et d'émotions. Nous avons tous vécu des événements parfois moins positifs et parfois exceptionnels. C'est le moment idéal pour faire un bilan. Celui-ci est important, car je ne sais pas pourquoi, mais l'été semble nous faire oublier certaines choses.
À ce temps-ci de l'année, j'entends souvent des enseignantes et des enseignants se plaindre de leur tâche, du manque de compensation, du trop grand nombre de travaux à corriger, du fait qu'ils se sont impliqués dans trop d'activités, etc. Mais comme la majorité de ces sujets reviennent chaque année, il faut faire un bilan et tenter de corriger les points faibles de celui-ci.

Peut-être que j'analyse tout cela sous le mauvais angle. Ce n'est peut-être pas notre mémoire qui fait défaut lorsque nous vivons à nouveau les mêmes problèmes. Peut-être que c'est une combinaison de facteurs, comme le fait que nous revenons de vacances avec les batteries rechargées et que nous oublions ce que chaque décision implique comme charge de travail. D'une manière ou d'une autre, c'est en début d'année scolaire que les principaux choix concernant notre tâche se font et souvent nous décidons de nous embarquer dans des projets ou des façons de faire qui alourdiront notre tâche. Si nous ne voulons pas répéter les mêmes erreurs, il faut se les rappeler.

Il n'y a aucune obligation à faire beaucoup d'évaluations à l'intérieur d'une étape. S'il y a des obligations, elles proviennent des normes et modalités d'évaluation et nous avons notre mot à dire sur celles-ci. Je vous suggère fortement de vous en tenir au strict minimum prévu au Régime pédagogique et dans l'Instruction annuelle, et si vous voulez en faire plus que le client en demande, ce sera par choix et en respectant votre niveau d'énergie. C'est la même chose avec les comités et les activités étudiantes. Je vous suggère fortement de vous en tenir aux 32 heures prévues dans la convention collective. Cette balise n'a pas été placée là pour rien. De plus, exigez d'avoir une compensation égale à votre implication. C'est aussi une autre balise prévue dans la convention collective. Si vous voulez en faire plus, c'est votre choix, mais ce qui est important, c'est que vous ne soyez pas obligé(e) d'en faire plus ou que vous ne ressentiez pas une certaine pression pour en faire plus.

Je reviens sur les normes et modalités d'évaluation, car je sais que nous y allons avec des objectifs élevés, car nous souhaitons tous le meilleur pour nos élèves et pour notre école.

Toutefois, nous avons toutes et tous nos limites et nous n'avons pas à suppléer pour le sous-financement en éducation. Il est important, lors des assemblées générales sur le sujet, de respecter l'ensemble de nos collègues, particulièrement en lien avec leur charge de travail, mais aussi en ce qui concerne leur autonomie professionnelle. Les compétences n'ont pas à être toutes évaluées à chaque étape. Il n'est pas important d'avoir beaucoup d'évaluations sommatives, ni d'avoir les mêmes évaluations.

De plus, si nous regardons le système finlandais d'éducation, et même les systèmes d'éducation d'autres provinces canadiennes, les évaluations sommatives prennent bien moins d'importance.

Notre tâche est déjà suffisamment chargée. Je vous encourage donc à beaucoup de retenue lors de la rentrée scolaire. Il faut se souvenir de l'année précédente et s'assurer de ne pas être au bout du rouleau vers la fin de l'année scolaire.

Notes gonflées! Directive du ministre

Coup de théâtre à l'Assemblée nationale, le ministre mentionne qu'il est illégal de modifier les notes à la hausse! Ce dernier a envoyé une directive qui réaffirme que la Loi sur l'instruction publique et le Régime pédagogique doivent être respectés. Cette directive était déjà prévue dans la loi, mais nous savons toutes et tous qu'elle n'était pas observée.

De notre côté, nous allons continuer à marteler le même message : Laissez le personnel enseignant utiliser leur jugement professionnel!

Il ne sert à personne de maquiller des résultats. Avoir le portrait réel des élèves permet de savoir s'ils auront besoin d'aide et par la suite de travailler sur la solution idéale pour les faire cheminer dans leur parcours scolaire.

Ce qui est désolant dans toute cette histoire, c'est que si le public n'avait pas été mis au courant de cette pratique, rien n'aurait été fait au niveau du ministère et au niveau des commissions scolaires. Pourtant, l'obligation d'appliquer la loi et le régime existe depuis longtemps. Va-t-on devoir toujours passer par les médias pour qu'enfin notre système d'éducation soit bien géré?

 

DATES DES SÉANCES D'AFFECTATION

Par Isabelle Brière, conseillère en relations du travail - zone des Hauts-Cantons

Par Hugues Beaudoin, conseiller en relations du travail - zone des Sommets

Par Tommy Lagacé, conseiller en relations du travail - zone de la Région-de-Sherbrooke

 

Affectation 2017 d4c89

 

LISTES DE PRIORITÉ D'EMPLOI

Par Isabelle Brière, conseillère en relations du travail - zone des Hauts-Cantons

Par Hugues Beaudoin, conseiller en relations du travail - zone des Sommets

Par Tommy Lagacé, conseiller en relations du travail - zone de la Région-de-Sherbrooke

 

CLIQUEZ pour accéder au tableau  >>>

 

L'ASSURANCE EMPLOI

Par Isabelle Brière, conseillère en relations du travail

 

Pour certaines et certains, le temps de présenter une demande d'assurance-emploi approche. 

Quelques rappels s'imposent : Lire la suite

 

 

CONGÉS PARENTAUX ET PAIE D'ÉTÉ

Par Isabelle Brière, conseillère en relations du travail

La paie d'été ou ajustement 10 mois ou ajustement 1/200 ou paie de « vacances », quel que soit le vocable qu'on utilise, est de l'argent que vous avez gagné pendant l'année scolaire qui vient de se terminer et qui vous est dû au terme de l'année scolaire en question.

La paie d'été est proportionnelle à la tâche sous contrat que vous avez assumée durant l'année et pour laquelle vous avez été rémunéré par la commission scolaire.

C'est donc dire que si vous avez bénéficié pendant l'année scolaire d'un quelconque congé parental, (de maternité, de paternité, d'adoption, de prolongation sans solde, etc.), votre paie d'été sera proportionnelle à la rémunération que vous avez reçue de la commission scolaire. Toutefois, la période pendant laquelle la commission scolaire verse des prestations complémentaires au RQAP est considérée comme du temps travaillé et génère une paie d'été.  Il en est de même pour un retrait préventif.

Lire la suite...

 

LÉGENDE URBAINE - INVALIDITÉ VERSUS PAIES D'ÉTÉ

Par Isabelle Brière, conseillère en relations du travail

Par Tommy Lagacé, conseiller en relations du travail


Contrairement au mythe répandu depuis plusieurs années, vous n’avez pas à revenir au travail pour une période de 24 heures afin de recevoir vos paies d’été lorsque vous êtes en arrêt de travail.  Celles-ci vous seront versées tel que prévu durant l’été et vos prestations d’assurance salaire cesseront lors de la dernière journée de travail.

De plus, à chacune des paies durant l’année en assurance salaire, une transaction est inscrite par le système informatique de la paie. Cette transaction permet d’amasser les sommes nécessaires afin d’obtenir le versement de vos paies d’été comme si vous aviez été au travail toute l’année. Vous pouvez ainsi profiter de votre période estivale en toute quiétude.

Bon été!

 

RÉGIME DE RETRAITE - RELEVÉ DE PARTICIPATION 2015


Par Isabelle Brière, conseillère en relations du travail

 

Vous avez reçu récemment de « Retraite Québec » un document intitulé « Relevé de participation pour l’année 2015 ».

Comme son nom l’indique, ce relevé décrit votre participation au régime de retraite pendant l’année civile 2015, soit du 1er janvier au 31 décembre 2015.

Il présente également certaines projections de revenus de retraite, les données concernant le total des années de service qui vous sont reconnues au 31 décembre 2015 et d’autres informations d’ordre général. Le relevé est accompagné d’un feuillet explicatif, détaillant chacune des parties du relevé.

Retraite Québec a pour objectif de le distribuer tous les ans de façon automatique. Nous vous invitons à en prendre connaissance. Si vous y décelez des anomalies, il faut en aviser votre commission scolaire car c’est de l’employeur que proviennent les données de Retraite Québec.

D’autre part, il ne faut pas confondre ce « relevé de participation annuel » avec un autre document appelé « état de participation ». Ce dernier détaille votre participation au régime pour chaque année civile depuis le début de votre carrière. Il n’est pas envoyé automatiquement, il faut en faire la demande à Retraite Québec, via la section « formulaires » du site Internet www.retraitequebec.gouv.qc.ca.

Feuillet explicatif

Formulaires - Demande d’état de participation

Relevé de participation

 

REPORT DE "VACANCES" LORS D'UN CONGÉ DE MATERNIRÉ, DE PATERNITÉ OU D'ADOPTION

(Période estivale et semaine de relâche)

Par Isabelle Brière, conseillère en relations du travail

 

La convention collective prévoit un congé de maternité de 21 semaines consécutives, un congé de paternité ou d’adoption d’un maximum de 6 semaines consécutives, et ce, pour les personnes à contrat à temps plein ou à temps partiel.

S'il advient qu'une période habituelle de « vacances » (semaine de relâche ou période estivale[1]) survienne pendant les 21 semaines de maternité, les 6 semaines de paternité ou d'adoption, il est possible de demander que cette période de « vacances » soit reportée à la fin des 21 semaines ou des 6 semaines.

Le principe du report de vacances consiste à faire en sorte que le congé de maternité, de paternité ou d'adoption soit pris majoritairement sur du temps de travail et non sur des périodes qui sont déjà des congés (semaine de relâche et période estivale).


[1]           Les 2 semaines de congé prévues à la période des fêtes sont des congés fériés. Elles ne sont pas considérées comme des vacances et ne sont donc pas reportables.

Lire la suite...

 

RETRAIT PRÉVENTIF ET PAIE D'ÉTÉ

Par Isabelle Brière, conseillère en relations du travail

 

L’enseignante enceinte qui bénéficie d’un retrait préventif verra ses indemnités cesser lorsque commencera la période estivale. En effet, la CNESST considère que les risques ou dangers reliés au milieu de travail n’existent pas pendant l’été pour les enseignantes et suspend donc le versement de ces indemnités.

Toutefois, il est bon de se rappeler que la paie d’été (ajustement 10 mois) qui est due à l’enseignante à la fin de son contrat ou à la fin de l’année scolaire n’est pas affectée par une période de retrait préventif.

En d’autres termes, l’enseignante enceinte qui a été en retrait préventif pendant l’année scolaire recevra la même paie d’été que s’il n’y avait pas eu de retrait.

 

QUESTIONS ET RÉPONSES LORS DES SÉANCES D'AFFECTATION AU SECTEUR DES JEUNES

Par Isabelle Brière, conseillère en relations du travail - zone des Hauts-Cantons

Par Hugues Beaudoin, conseiller en relations du travail - zone des Sommets

Par Tommy Lagacé, conseiller en relations du travail - zone de la Région-de-Sherbrooke

  

En prévision des séances d’affectation qui auront lieu en août prochain, vous trouverez certains renseignements forts utiles pour le déroulement de ces rencontres.

Tableau affectation 88315

 

 areq c1593

MESSAGE DE L'ASSOCIATION DES RETRAITÉES ET RETRAITÉS DE L'ÉDUCATION ET DES AUTRES SERVICES PUBLICS DU QUÉBEC

Par Fernand Grenier, président sortant AREQ-Estrie

 

 Caisse economie Desjardins Encadre 41c8b