MOT DU PRÉSIDENT

Par Richard Bergevin

 

L'année 2018 sera une année électorale provinciale. Inévitablement, les partis politiques mettront de l'avant les enjeux qu'ils considèrent prioritaires.

D'ailleurs, l'automne dernier, nous avons eu connaissance des manoeuvres préélectorales des différents partis, et particulièrement du gouvernement qui a commencé à offrir des « cadeaux de dupes » à la population. Parmi ces cadeaux il y a eu, entre autres, la diminution de la taxe scolaire. La baisse de cette taxe peut contenter quelques propriétaires, mais elle provoquera un manque à gagner de 600 millions de dollars dans les budgets des commissions scolaires.

Il faut toutefois élargir notre réflexion sur le financement du système d'éducation et consulter les experts pour constater qu'ils s'entendent tous pour dire que l'année 2017 a été exceptionnelle en termes de croissance et de stabilité économique.

Il est donc malheureux de constater que le gouvernement offre à la population des baisses d'impôts et de taxes récurrentes pendant qu'il supplée à ce manque financier par des revenus ponctuels et exceptionnels.

Qu'arrivera-t-il lorsque l'économie vacillera et qu'il n'y aura plus de surplus annuels? « Cadeaux de dupes », je disais!

Une élection provinciale est un moment privilégié pour mettre à l'avant-plan les enjeux du monde de l'éducation et, pour cette occasion, je me permets de vous transmettre un souhait exigeant pour nous tous, enseignantes et enseignants. Si je le formule maintenant, à presque un an des élections et à deux ans du début de notre prochaine négociation nationale, c'est que j'ai la ferme conviction que les changements dans une société s'opèrent lentement. Pour les obtenir, il faut de la persévérance, de la ténacité et surtout, il faut s'investir personnellement!

Souhait pour l'année 2018

Je souhaite que nous, les enseignantes et les enseignants, nous nous affirmions dans nos écoles, nos centres, nos maisons, nos familles, notre société. Que nous discutions et débattions des problèmes de l'éducation au Québec avec nos collègues, nos amis, nos beaux-frères et belles-soeurs, nos parents, pour que l'éducation devienne un enjeu majeur, et ce, particulièrement en cette année d'élection provinciale.

Que les partis politiques sentent la pression sociale et s'engagent à investir massivement dans notre système d'éducation et dans nos conditions de travail.

N'oublions pas qu'après avoir donné des cadeaux préélectoraux l'automne dernier, il faudra un jour payer la facture et, ce moment semble dangereusement correspondre au début de notre prochaine négociation nationale, à l'hiver 2020.

Ne soyons pas dupes. Soyons un groupe fort et incontournable. Affirmons-nous dès maintenant!

 

PRÉLÈVEMENTS 2018

Par Isabelle Brière, conseillère en relations du travail


Pour voir le détail des changements pour certaines déductions prélevées sur vos paies en 2018, cliquez sur le lien >>>.

  

CRÉDIT D'IMPÔT POUR FOURNITURES SCOLAIRES

Par Isabelle Brière, conseillère en relations du travail


Êtes-vous admissible au crédit d’impôt pour fournitures scolaires des enseignants et éducateurs de la petite enfance?

Dans les publications de l’ARC, ce crédit s’appelle le crédit d’impôt pour fournitures scolaires d’éducateur admissible.

Le Budget 2016 propose pour l’année d’imposition 2016 et les suivantes, d’instaurer un crédit d’impôt remboursable pour fournitures scolaires des enseignants et éducateurs de la petite enfance. Cette mesure permettra à un employé qui est un éducateur admissible de demander un crédit d’impôt remboursable de 15 % basé sur le montant des fournitures scolaires admissibles qu’il a achetées dans une année d’imposition. Le montant maximum des dépenses aux fins du calcul du crédit est de 1 000 $.

Lire la suite

 

LE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE EN MILIEU DE TRAVAIL

Par Mélissa Larose, conseillère en relations du travail


Il est reconnu que le harcèlement psychologique en milieu de travail peut avoir des conséquences néfastes importantes pour la personne qui en est victime. Selon l’article 81.18 de la Loi sur les normes du travail, le harcèlement psychologique est « une conduite vexatoire se manifestant soit par des comportements, des paroles, des actes ou des gestes répétés, qui sont hostiles ou non désirés, laquelle porte atteinte à la dignité ou à l’intégrité psychologique ou physique du salarié et qui entraîne, pour celui-ci, un milieu de travail néfaste. »

Selon la même loi, chaque personne salariée a droit à un milieu de travail exempt de harcèlement psychologique et il revient à l’employeur de prendre les moyens raisonnables pour prévenir le harcèlement et pour le faire cesser, s’il y a lieu. Pour se faire, chacune des trois commissions scolaires desservies par le SEE a mis en place une politique afin de contrer le harcèlement au travail dans ses établissements. La politique s’appliquant à vous est disponible sur le site Web de la commission scolaire pour laquelle vous êtes à l’emploi.

Le Syndicat de l’enseignement de l’Estrie offre un accompagnement aux enseignantes et aux enseignants qui vivent une problématique en lien avec la violence en milieu de travail. Que vous soyez témoin ou victime, c'est avec plaisir que nous vous guiderons afin de résoudre la problématique vécue dans votre école.

 

RAPPEL - SESSION DE PRÉPARATION À LA RETRAITE

Par Isabelle Brière, conseillère en relations du travail

Pour connaître les détails pour assister à la session de préparation à la retraite, cliquez sur ce lien >>>.


REMPLACEMENT LORS D'UN RETOUR PROGRESSIF AU TRAVAIL

Par Isabelle Brière, conseillère en relations du travail
Par Hugues Beaudoin, conseiller en relations du travail
Par Mélissa Larose, conseillère en relations du travail


Êtes-vous obligés de poursuivre un remplacement lors d'un retour progressif au travail?

Si vous avez accepté un contrat à temps partiel en remplacement d'une personne en invalidité et que celle-ci revient au travail de façon progressive.

5.1-13 C) de l'entente nationale

  • Avant le 101e jour de l'année de travail

Si le retour progressif de la personne absente débute durant les 100 premiers jours de l'année de travail, la personne enseignante à temps partiel qui remplace a le choix de poursuivre ou non le remplacement, pourvu qu'elle exerce le choix avant que ne débute la période fixée pour le retour progressif.

  • Après le 101e jour de l'année de travail (autour du 27 janvier 2017)

Si le retour progressif de la personne absente débute durant les 100 derniers jours de l'année travail, la personne enseignante à temps partiel doit poursuivre le remplacement jusqu'au retour à temps complet de la personne enseignante absente.

Durant le retour progressif de la personne enseignante absente, l'employeur complète le contrat de l'enseignant (e) à temps partiel lorsque des tâches sont disponibles et compatibles avec l'horaire de travail.

Ententes locales

De plus, vous pourriez décider de continuer ou non votre contrat à temps partiel si vous avez une variation égale ou supérieure à 20 %.

Si vous avez des questions, vous pouvez communiquer avec la personne conseillère de votre zone respective.

  

RETRAITE PROGRESSIVE - DEMANDE AVANT LE 1erAVRIL

Par Isabelle Brière, conseillère en relations du travail


Principe

L'enseignante ou l'enseignant à temps plein au RREGOP peut, durant une à cinq années précédant sa retraite, réduire sa semaine normale de travail d'un certain pourcentage et cotiser sur son plein traitement, de façon à se voir reconnaître une ou des années complètes aux fins de la retraite.

Lire la suite 

  

SST - TEMPÉRATURES INTÉRIEURES DANS LES ÉCOLES OU À L'EXTÉRIEUR

Par Mélissa Larose, conseillère en relations du travail

 L’arrivée du temps plus froid de février et de mars ainsi que certains problèmes des systèmes de chauffage dans les établissements de la commission scolaire peuvent causer des températures inadéquates pour l’enseignement.

À cet égard, le règlement sur la qualité du milieu de travail prévoit des normes minimales de température. Voici une liste des températures minimales à conserver pour les différentes situations et dans les différents locaux :

  • 20° dans les classes et les bureaux
  • 19° pour le travail léger en position assise en laboratoire ou en atelier
  • 17° pour le travail léger en position debout en laboratoire ou en atelier
  • 16° dans le gymnase

Dans l’éventualité où les températures ne seraient pas respectées, veuillez aviser immédiatement votre direction ainsi que votre personne déléguée. Si la direction n’est pas en mesure de corriger la situation, elle devra vous relocaliser dans un autre local. S’il s’agit d’un froid extrême à l’intérieur de votre établissement, veuillez communiquer directement avec votre délégué(e) qui communiquera avec le syndicat.

Également, lors des récréations, il est important de noter que la Direction de santé publique recommande de garder les enfants à l'intérieur lorsque la température atteint -25°C ou quand l’indice de refroidissement éolien atteint -28°C puisque le risque d’engelures augmente très rapidement chez les enfants.

Message de la Caisse du secteur public de l'Estrie

Cliquez ici pour accéder au message